Qu’est-ce qu’une plus-value immobilière ?

Que vous vendiez ou achetiez une propriété, vous devez penser à une question fondamentale : combien serez-vous imposé sur les plus-values ​​immobilières ? Le marché immobilier s’est développé au fil des ans, de sorte que les autorités fiscales recevront probablement une petite commission sur votre jackpot de vente immobilière. Mais rien n’est plus sûr, car les cas d’exonérations des plus-values ​​immobilières sont nombreux, et ce, sans parler des déductions lors de la saisie du bien.

La définition d’une plus-value immobilière

En réalité, les plus-values immobilière sont simplement la différence positive entre le prix d’achat d’une marchandise et son prix de vente. Le profane l’appelle un profit ou une marge, tandis que les autorités fiscales l’appellent un gain en capital. En d’autres termes, lorsque vous vendez votre propriété à un prix supérieur à celui auquel vous l’avez achetée, vous réalisez une plus-value. En revanche, lorsque vous vendez votre bien à un prix inférieur au coût d’acquisition, il s’agit de perte en capital. Il est peu probable que cela se produise en raison de la tendance à la hausse à long terme de l’immobilier, mais un manque d’entretien de votre propriété ou un facteur exogène pourrait la dévaluer. C’est pourquoi, il est toujours important de bien réfléchir à la revente lors de l’achat d’un bien immobilier. Les notaires sont généralement chargés de calculer les plus-values ​​réalisées et de percevoir la taxe de vente immobilière. Sur Internet, vous pouvez trouver plus d’informations sur la fiscalité de la plus-values immobilière.

Le calcul de la plus-value lors d’une vente immobilière

La méthode de calcul de la taxe s’effectue en deux étapes. D’une part, il faut définir le prix d’achat, et d’autre part, le prix de vente. Si le prix total de la vente est supérieur au prix total de l’achat, alors vous percevrez une plus-value immobilière. Le calcul du prix de vente de votre patrimoine immobilier est basé sur le prix réel indiqué dans le contrat de vente. Ce coût sera déduit des éventuels frais de transfert. Le prix d’achat est composé du prix d’acquisition et du tarif de cession. Le montant des frais est basé sur les frais raisonnables réels ou sur un taux forfaitaire de 7,5 % du prix d’achat.

Il y a aussi les coûts de construction, de reconstruction, d’agrandissement, de rénovation et d’amélioration. À noter que cela ne fonctionnera que si vous ne bénéficiez pas déjà d’une aide fiscale pour l’emploi, comme la réduction de vos taxes foncières dans le cadre d’un investissement locatif, ou encore bénéficier d’un crédit d’impôt pour l’emploi. 15 % du prix d’achat est également disponible sous forme de paiement forfaitaire après 5 ans de propriété au lieu du coût réel comme en témoigne la facture. En revanche, tous les frais de votre financement immobilier ne sont pas pris en compte.

Les différents cas d’exonération

Les plus-values ne sont pas automatiquement imposées. Il existe en effet quelques exceptions. Si le bien que vous vendez est votre résidence principale, vous ne serez pas assujetti à la fiscalité plus-values immobilière sur ce bien. Cette règle est générale, quelle que soit la durée de possession du bien. La deuxième situation, plus spécifique, s’applique aux fonds que vous vendez la propriété à utiliser pour acheter la résidence principale. Il y a un régime d’exonération particulier dans ce cas, et certaines conditions doivent être remplies.

Par ailleurs, d’autres particularités existent. Si le vendeur du bien est retraité ou titulaire d’un certificat d’invalidité, il est exonéré. Certaines conditions spécifiques doivent donc être respectées et en ligne, vous pouvez découvrir plus de renseignements sur le sujet. La politique fiscale peut évoluer rapidement d’un gouvernement à l’autre. Par conséquent, vous devez être vigilant et vous informer des taxes en vigueur avant de vendre votre propriété.

Pourquoi choisir un conseiller en gestion de patrimoine indépendant ?
Immeuble en péril : les démarches à effectuer